Superficie : 1082 ha

Nombre d’habitants : 132 habitants (1999)

La plaine de la Woëvre est couverte d’une épaisse forêt de chênes mais aussi de broussailles et d’épines. Les Romains décident de créer des routes à travers toute la Gaule.
Les diverticules (voies) romaines de Haudiomont à Olley et de Senon à Manheulles se croisent à Hennemont.
Quelques paysans se fixent sur la crête d’une colline qui borde ces chemins et fondent le hameau d’Hennemont.

L’évêque de Verdun ayant une longue guerre à soutenir contre le comte de Bar, doit céder, avec faculté de rachat, bon nombre de seigneuries, en 1358.
Les rentes et les revenus d’Hennemont sont cédés à Erard du Châtelet, les ban et finage à Thierry de Lenoncourt.
En 1787, il existe deux moulins : Renessel et celui d’Hannoncelle, à 600 toises, qui n’est plus en service.
La commune possède cinq ponts en bois en bon état et celui avec Parfondrupt à l’état  moyen.

La moisson de l’été 1914 est interrompue le 1er Août au soir. La première Guerre mondiale éclate et s’arrêtera 4 ans plus tard.

Les Français fortifient le village qui se trouve transformé en redoute, du fait des tranchées tout autour. Des barrages en pierres et fumiers sont établis sur la rue en plusieurs endroits.
Le 27 octobre au soir, les derniers habitants évacuent le village.
Ils vendent leur vin aux combattants et s’en vont.
Le lendemain, c’est la chasse aux volailles, qui constituent le meilleur repas depuis près de trois mois.
Le front ne bougera plus jusqu’au 21 février 1916. Ce jour là, les troupes allemandes déclenchent ce que l’on va appeler La Bataille de Verdun.

Ces troupes progressent rapidement en Argonne et au Nord de Verdun. Afin d’éviter l’encerclement des troupes de la Woëvre, l’ordre de repli de ces dernières au pied des côtes de Meuse est donné, dans la soirée du 24 février 1916. Le lendemain, profitant du brouillard, les troupes françaises quittent la Woëvre.
Les Allemands entrent dans Hennemont, déjà ruiné, le 25 février 1916 à 17 heures.
Ils n’en sont délogés que le 11 novembre 1918, jour de l’Armistice.

L’autoroute A4 est mise en service dans l’été 1976 et inauguré par le Président de la République, Mr Giscard d’Estaing, au Rozelier.

Origine :

Peut être de l’anthroponyme germanique Haimo et du latin mons, montagne

Patron : 

Saint Sulpice

Tél. Mairie : 03 29 87 37 60

[dt_slideshow width= »700″ height= »525″ interval= »4000″ posts= »hennemont »]
print