Superficie : 1321 ha

Nombre d’habitants : 80 habitants (2012)

Le village de Doncourt se situe sur l’ancienne chaussée Austrasienne qui reliait à l’époque Antique ; Verdun à Pont à Mousson.
Actuellement 80 habitants peuplent ce village alors que dans la période révolutionnaire il y en avait plus de 500. Les habitations étaient en bois, résultant des divers conflits et invasions (nationaux, mais surtout locaux).Ce n’est qu’à l’issue de la Grande Guerre de 14-18 que les maisons furent élevées en dur.

Doncourt vient de son toponyme de Dodona Curtis vers 793.
Aux 12ème siècle, les Chevaliers du temple de Jérusalem s’installent à DONCOURT et à AVILLERS ; et devient une Commanderie.
En 1212, il est laissé sous la tutelle du conte de BAR et possède des biens dans la plupart des villages environnants dans un rayon de 60 kilomètres ; ce qui amena des conflits entre le comte de Bar et les évêques de Verdun.
La légende mentionne un veau d’or qui bien sûr n’a jamais été retrouvé malgré les incessantes recherches, mais ne serait ce t’il qu’une prémisse à la fable de Monsieur de la FONTAINE.
Autrefois le village était très souvent inondé par le ravinement des eaux des côtes de Meuse qui arrivaient par la SEIGNEULLE, les habitations et les cultures étaient sous les eaux et apportait la famine.
Maintenant cela n’est plus grâce à l’entretien fréquent de ce cours d’eau.

La Commune de Doncourt a une superficie d’environ 650 hectares, partagée entre le village, l’élevage de bovins et les cultures céréalières et fourragères.
Le village habité par une trentaine de foyer n’a plus qu’un commerce (garage de réparation et vente de matériel agricole) l’école est fermée depuis le début des années 70.
L’église du village reconstruite après la première guerre mondiale a pris la place de celle du dix huitième restaurée en 1897, elle fut bénite le 11 novembre 1927.
Les fonts baptismaux datent du seizième furent construits avec des restes de l’ancienne église.
Ils sont décorés d’armoiries et d’une croix de Lorraine, de pampres et de feuilles de chêne et de chardons.
La statue de Sainte Barbe également du seizième est classée au répertoire des monuments historiques.

[dt_slideshow width= »700″ height= »525″ interval= »4000″ posts= »doncourt-aux-templiers »]

Doncourt-aux-Templiers est un village qui mise sur le renouveau de sa population, la moyenne d’âge est de 38 ans alors qu’elle était de 52 ans il y a 25 ans.
Pour cela la réfection des logements vides, les nouvelles constructions sont la priorité de l’action communale.
La continuité de l’aménagement des espaces verts, font de Doncourt un village où il fait bon y vivre.

Origine :

  • Latin : du latin vadum, gué, et peut-être du suffixe -ellum
  • Patois :    Ouê

Démographie :

  • 1911 :150 habitants
  • 1913 : 3 auberges
  • 1999 : 68 habitants

Patron :

  • Saint Maurice : 22 septembre

Tél. Mairie : 03 29 80 82 43

Doncourt et les Templiers

Le village est situé sur l’ancienne « chaussée austrasienne » qui reliait autrefois Verdun à Pont à Mousson. En 793, il est mentionné sous le nom de Dodonacurtis.

Les Templiers

On ne peut pas « raconter » les Templiers sans évoquer Jérusalem. Depuis la christianisation de l’Empire romain, cette ville attirait les pèlerins mais était la source de conflits. Elle était devenue un des hauts lieux de l’islam. Au IXème siècle, grâce à Charlemagne, les pèlerinages vers Jérusalem sont autorisés puis vers 1065 deviennent impossibles : trop de tueries ! En 1095, le pape Urbain II appelle les chrétiens à la reconquête de la ville qui, en 1099, est reprise par Godefroi de Bouillon et ses compagnons.

Cette prise est suivie d’un terrible massacre de la population : soldats musulmans et civils de toutes les confessions. Cependant, la sécurité des pèlerins en Terre Sainte n’est pas assurée et, en 1118, se crée un ordre « les Pauvres Chevaliers du Christ », qui prennent ensuite le nom de « Templiers ». Ce sont à la fois des guerriers et des moines qui s’inspirent de la règle de Saint-Augustin et sont soutenus par Saint-Bernard. Leur ordre est reconnu par le pape Honorius II.

Cet ordre constitue un réseau de monastères appelés « commanderies » qui s’implantent dans plusieurs pays : 9000 en Occident dont environ 3000 en France. Vers 1150, l’une d’elles s’installe à Doncourt: elle fait partie des 20 commanderies du prieuré de Champagne. Elle se développe et ses richesses attirent la convoitise du comte de Bar et des évêques de Verdun.

Après avoir participé aux sept croisades, l’ordre des Templiers, ancré dans tant de pays devient impopulaire. En 1307, le roi Philippe le Bel ordonne l’arrestation de ses membres. En 1312, il exige du Pape Clément V l’abolition de l’ordre. Un long procès s’engage.

Certains Templiers rejoignent des ordres religieux similaires ; d’autres, jugés et torturés, sont en 1314 condamnés au bûcher.

Actuellement, une légende entoure les Templiers ; leur histoire est devenue un mythe.

  • Que devient la commanderie de Doncourt ?

Après la disparition de l’ordre, les « Hospitaliers » réunissant les deux maisons d’Avillers et de Doncourt au temple de Marbotte récupèrent ses biens.

L’Eglise Saint-Maurice

Son origine est du XVIIIe siècle. Restaurée en 1897, détruite pendant la première guerre mondiale, elle est reconstruite en 1922-1923 puis bénite en novembre 1927. Les fonts baptismaux sont décorés d’une croix de Lorraine, d’armoiries, de pampres et de feuilles de chêne et de chardon. Ils datent du XVIe siècle et proviennent de l’ancienne église. On remarque également une statue de Sainte Barbe, sculptée dans du calcaire polychrome.

Un vestige demeure

Une porte piétonne datée de 1836 se trouve dans la rue Basse. Elle est construite en bois et en pierre. Le décor du linteau est composé de thèmes végétaux : feuillage, rosettes, fleurs en pots et en guirlandes.

Avant la première guerre mondiale, le village était entouré de plusieurs maisons en bois qui furent détruites par un incendie. En 1944, à la libération, les Américains, à l’aide de tentes, installèrent un hôpital à l’emplacement actuel d’un étang mais, devant les difficultés d’embourbement, durent renoncer à la poursuite de leur projet.

La démographie

Dans les années 1850, le village comptait une épicerie et trois cafés : l’un d’eux, placé au bord de la route servait de relais de diligences.

En 1926, étaient établis un aubergiste, un charpentier, quatre agriculteurs-propriétaires et un atelier de mécanique agricole qui existe toujours aujourd’hui. Actuellement, on compte deux exploitations agricoles.

La population est passée de 68 habitants en 1975 à 73 en 2012.

Depuis 1965, quatre maires se sont succédé : Gilbert Pierre de 1965 à 2002 puis Jacqueline Pierre et Jean-Pierre Bernard. Christian Ladouce a été élu en janvier 2009.

Avec l’histoire des Templiers, Doncourt a un riche passé. Les municipalités successives ont toujours eu le souci de valoriser leur commune : réfection des anciennes maisons, nouvelles constructions, arrivées de familles avec enfants. Le village est très accueillant.

Jeannine Preud’homme

print